Marie-Eve, trilingue amoureuse des langues. Au service d’un apprentissage sans pression et décomplexé : « Learning with a smile »

Moins on est stressé, moins on attend un résultat, plus on peut être étonné et surpris d’arriver à communiquer !

Marie-Eve, 40 ans, vit à Persac, dans le Sud de la Vienne. Ancienne assistante administrative trilingue (français, anglais, allemand), elle décide en 2017 de monter son entreprise : Soutien pour Entreprendre.
Parce qu’entreprendre, au sens premier du terme, ce n’est pas monter son entreprise mais simplement démarrer quelque chose, commencer à apprendre… Et c’est justement ce que Marie-Eve, diplômée en langues, vous propose : faire le premier pas pour apprendre ou approfondir vos connaissances en langues !
Sa mission ? Vous aider à échanger, à l’écrit comme à l’oral, pour que vous puissiez vous intégrer au mieux et être à l’aise dans votre environnement.

Soutien scolaire, formation en situation professionnelle, accompagnement des anglophones dans leurs démarches administratives… à travers ses différents accompagnements, Marie-Eve dédramatise l’apprentissage des langues. En se servant de jeux de cartes et de société (dont certains qu’elle fabrique elle-même !), elle vous fait prendre confiance en vos capacités à utiliser les langues et à communiquer. Sans pression. Sa devise : « Learning with a smile ». Un enseignement dans la bonne humeur, décomplexé, en toute simplicité. Easy !

Interview

Marie-Eve, depuis 5 ans ton entreprise a évolué avec toi. Ta force est d’avoir développé sur ton territoire (un rayon de 30 kilomètres autour de Persac) plusieurs activités relatives aux langues (français, anglais, allemand). Peux-tu m’en dire plus ?

Mon premier volet d’activité, ce sont des cours particuliers à domicile pour des élèves de collège et lycée mais aussi pour des adultes.

Le deuxième volet, c’est la formation professionnelle pour adultes, en français et en anglais, en cours collectif. La formation professionnelle pour adultes est un dispositif particulier pris en charge par le Compte Personnel de Formation (CPF) ou financé par Pôle Emploi et la Région. Mes apprenants sont principalement des demandeurs d’emploi ou des salariés qui veulent, par exemple, se former pour se reconvertir.

Mon dernier volet d’activité est l’accompagnement bilingue pour des anglophones du territoire (notamment des agriculteurs) qui ne maîtrisent pas tout à fait la langue française. Je les accompagne dans leurs rendez-vous pour l’administration (se rendre aux impôts, à la Mutualité Sociale Agricole…).

Ton objectif est de rendre l’outil qu’est la langue (française ou étrangère) simple et accessible pour tous ?

Oui exactement. C’est bien résumé !

Qu’est-ce qui t’anime et te fait vibrer au quotidien dans ton travail ?

Ce qui me plaît, c’est de communiquer grâce à l’outil qu’est le langage. Et d’aider les gens à s’exprimer et à échanger avec d’autres personnes qui parlent une autre langue. Leur permettre de partager des idées. Ça peut-être par l’apprentissage d’une langue ou par de l’interprétariat que je fais pour eux.

Moi, j’aime beaucoup découvrir des cultures différentes, rencontrer l’autre, communiquer avec lui. Toute petite, quand j’ai commencé l’anglais en CM1, je suis tombée amoureuse de cette langue. Je ne sais pas comment expliquer, mais quand j’entendais de l’anglais, je me sentais un peu comme à la maison. Et après, au collège, le français était l’une de mes matières préférées. Ensuite, j’ai découvert l’allemand. Et ça a été la même chose.

La langue, je trouve que c’est un superbe outil qui nous permet d’exprimer plein de choses, de parler au sens propre et au sens figuré, de faire des jeux de mots, des blagues… Et d’adapter notre discours en fonction de notre public : ça peut-être du langage soutenu ou du langage familier. C’est chouette !

Ta marque de fabrique, c’est le jeu. Comment est l’ambiance avec tes apprenants dans tes cours ou tes formations ? Aurais-tu des anecdotes à partager ?

Souvent, c’est un frein d’être stressé quand on veut parler une autre langue. J’aime bien dédramatiser l’apprentissage, c’est-à-dire qu’on peut apprendre en s’amusant et en étant un peu décomplexé. En se sentant bien en fait ! Ça peut être par des blagues, des devinettes, des jeux de société ou de cartes… dont certains que je fabrique moi-même. Les apprenants adorent. Le sourire est un trait prégnant de ma personnalité. Tout ce qu’on fait avec le sourire et avec le côté fun, ça aide l’apprentissage. J’ai même fait un petit badge « Learning with a smile » !

Une anecdote ? J’ai un cours d’anglais depuis plusieurs années dans une Maison des Jeunes et de la Culture (MJC). Cette année, je l’ai ouvert à des anglophones, et on fait un cours de conversation mixte français/anglais. C’est un cours bilingue que j’ai appelé « Apprendre Ensemble » : ce sont les apprenants eux-mêmes qui s’entraident dans leur langue cible mutuelle. On est au rez-de-chaussée de la MJC, et j’ai très souvent des gens au premier ou au deuxième étage qui descendent en disant : « Oh, bah dis-donc, on vous entend rigoler de là-haut ! Ça doit bien se passer le cours français/anglais ». Il y a souvent des éclats de rire entendus à travers tout le bâtiment. Ce sont des cours qui se passent bien. L’effet de groupe, les gens entre eux créent ça. Ils se sentent bien.

Tu a co-créé avec des amies de ton village une association de Yoga dont tu t’occupes depuis 7 ans. Comment mets-tu cette expérience au service de tes activités autour des langues ?

J’ai rencontré le yoga il y a 10 ans. Je fais en effet le parallèle entre le yoga et l’apprentissage en général. Que ce soit en français, en anglais ou dans n’importe quelle langue, même si j’arrive à communiquer, je ne connais pas tout. Et c’est souvent un stress que mes apprenants ont… de se dire : « Si je me trompe, si je n’ai pas le bon accent, comment je vais faire ? Les gens vont se moquer de moi ». Et je leur dis souvent :

Ça n’est pas grave de ne pas tout connaître ni tout savoir faire.

C’est ce que j’ai appris avec le yoga. Au contraire, dans ce qu’on appelle le lâcher prise, il peut y avoir plein de belles choses qui nous arrivent ! Dans mes cours, ça peut-être aussi les gens entre eux qui vont s’échanger des mots qu’ils connaissent, s’apprendre des choses. Moins on est stressé, moins on attend un résultat, plus on peut être étonné et surpris d’arriver à communiquer ! Au yoga, on ne parle pas de réussite : on n’a rien à réussir quand on fait du yoga. Juste à profiter de l’instant présent. Et c’est ma philosophie quand je communique avec les gens.

En quelques mots, avec quoi repartent tes apprenants ?

Ce que j’espère leur apporter, ce sont des outils. Pas forcément une connaissance infuse du sujet, mais en tous cas des endroits où ils peuvent chercher des choses, des façons de travailler, d’apprendre en lâchant le stress… Par exemple, ils vont pouvoir réviser les cours en refaisant seuls des jeux qu’on a faits ensemble.

Quel est le moyen le plus simple pour te contacter si on a envie d’apprendre les langues en s’amusant ?

Le portable ou par mail : 06 25 33 89 78 / contact@soutienpourentreprendre.fr

Les conseils de Marie-Eve à ceux / celles qui manquent de confiance dans l’utilisation d’une langue (fautes, prononciation, accent…)

  1. Commencer avec ce qu’ils ont envie. Avec ce qu’ils savent déjà. On connaît tous des mots de n’importe quelle langue. Je pense notamment à l’anglais. Dans notre quotidien, on utilise des mots anglais sans s’en rendre compte : le week-end, le must…
  2. Etre zen par rapport à l’apprentissage.
  3. Se lancer et se dire que c’est un chemin. Ce n’est pas nécessaire de tout maîtriser pour pouvoir communiquer.

A propos de l’auteur

Pauline Kertudo, coach certifiée & sociologue praticienne au service des femmes et des projets d’innovation sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.